Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 19:15

* "Pourquoi vous passez pas à la télé ?" m'a demandé ma voisine, l'autre jour. "C'est parce que je préfère passer vous voir !" que je lui réponds, content de mon sens de la répartie et sûr qu'ainsi je finirais de la convaincre de venir jusqu'à la salle où je jouais  le Barbouillot, à deux pas de sa maison. Mais on ne l'y a pas vu. Le  lendemain : "Ah, monsieur Boutet ! Je suis presque venue." m'explique-t'elle. Ce "presque" m'a laissé songeur... D'autant plus que ce soir-là, il y avait une télé qui me filmait. Mais cette télé ne diffuse que sur l'internet. D'ici que ma voisine ait un "presque ordinateur", y'a pas long. Enfin, je me suis consolé en me rappelant qu'il y avait du monde, et que ce monde était content. Quant aux organisateurs, ils ont dit qu'ils organiseraient d'autres soirées "presque" comme ça.


* Le Barbouillot sur l'internet. Il suffit d'aller sur www.tvlayon.fr/ , puis sur Savennières, puis Barbouillot d'pain sec.

Les gens de TV Layon, ils filment sans déranger le public. Ils te laissent t'exprimer comme tu l'entends. Pire : après ça, ils te remercient. C'est dire s'ils n'ont aucune chance de bosser pour TF2 ou France1.


* A propos de télévision et de réforme. Une réforme, je croyais que ça devait servir à avancer. Par ailleurs, je croyais que nous étions en République. Je croyais aussi que le Président était le premier défenseur de cette république qui prône la séparation des pouvoirs. En réalité, les cloisons entre les pouvoirs sont tellement minces que les Tracassin qui nous servent de chefs ont peu d'effort à faire pour les traverser. Donc, le chef nommera un sous-chef qui sera chef de la télé. Vous vous rappelez de Peyrefitte ?... Non ? Dommage. C'était un ministre, sourcilleux, moraliste, donneur de leçon de respect, et qui trouvait normal de contrôler ce qui allait se dire pendant les journaux télévisés. Si vous voyez le chef des chefs, un de ces jours, n'hésitez pas à agiter votre goupillon en hurlant : "Peyrefitte, sors de ce corps !"


* A propos de république et d'imposteurs. S'ils voulaient vraiment notre bien, ils laisseraient dire ce qui va mal.


* A propos de respect. Mon père le disait : "Le respect, ça ne se décrète pas, ça se mérite."


* Essence, Birmanie, etc... Vous aussi ça vous énerve que Total soutienne le régime birman ? En France, il est interdit d'appeler au boycott. Faites le savoir : "Je ne boycotte pas Total !... Mais j'y vais jamais !"


* La femme a-t'elle un cerveau ? L'archevêque de Paris se le demande : "Le plus difficile, c'est d'avoir des femmes qui sont formées. Le tout, ce n'est pas d'avoir une jupe, c'est d'avoir quelque chose dans la tête." Où l'on voit que Bigard n'est pas allé au Vatican pour rien.


* Si après ça, vous avez le blues. Mon ami Patrick Couton m'a filé le tuyau. Cet orchestre, anglais, s'appelle L'Ukulele Orchestra of Great Britain. A l'adresse : http://fr.youtube.com/watch?v=PfK-UzQ48JE , vous trouverez une version d'un air connu qui réconcilie avec la perfide Albion. D'accord, ils ont brûlés Jeanne d'Arc, mais ils ont l'Ukulele salvateur.


* Sinon, il y a Rémo Gary. Ce garçon-là est chanteur. C'est un monstre en écriture. C'est foisonnant, inventif et tout le monde comprend. Ce garçon-là est en colère. Quand il sourit, c'est Noël. Et il sourit souvent et vraiment. Il interprète l'intégral du texte des "Oiseaux de passage", poème de Richepin mis en musique par Brassens, mais il en fait du Brel, et c'est évident. Et quand tout le monde se lève pour le saluer "presque" à la hauteur du cadeau qu'il vous fait, il ne sait plus où se mettre. Dans l'Ouest, il sera le 23 avril à La Bouche d'Air à Nantes en première partie de Romain Didier. On s'y retrouve ?


* Comme dit le même Rémo Gary : D'ici là, à défaut de bien vous porter, portez-vous ! Ce sera déjà beaucoup.



Repost 0
Published by Michel Boutet - dans Humeurs
commenter cet article
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 09:16
Le 4 décembre 2007, au Vingtième Théâtre à Paris, une vingtaine d'artistes ont rendu hommage à Bernard HAILLANT en interprétant trente de ses chansons !... Ce spectacle a été filmé par le très attentif Eric NADOT. Le son est l'oeuvre du délicat Fred PIERRE. Ce dévédé restitue plus qu'honnêtement l'intensité et la chaleur de cette soirée.

Les participants (liste incomplète) : Claude Georgel, Fred Musset, France Léa, Nathalie Solence, Charles Gancel, Mannick, Gaëtan de Courrèges, Didier Desmas,  Paul-André Maby, Yannick Le Nagard, Jofroi, Serge Utgé-Royo, Yvan Dautin et... Michel Boutet !

Pour vous le procurer, vous trouverez tout sur le site www.bernardhaillant.com
Vous pouvez aussi écrire à : "Remonter la Rivière" 41, rue Esquirol 75013 Paris.
Repost 0
Published by Michel Boutet - dans Parutions
commenter cet article
8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 15:04
En général, je n'aime pas le mois de novembre ! Pour la raison qu'il me propose de prendre un an de plus avec une régularité d'horloge qui trouble mon désir d'élasticité du temps. Je réviserai mon jugement sur ce fichu mois quand il se décidera un peu plus franchement à annoncer le printemps.

Ceci dit, à y bien réfléchir, et après une belle insomnie télévisée dans la nuit du 4 au 5, je me trouve un peu plus léger. Vu d'ici, ce qui se passe aux Etats est souvent moqué, mais vous en avez vu beaucoup en France des militants des partis "en capacité de gouverner" (c'est comme ça qu'on dit pour dirent que les autres opposants sont pas sérieux) qui se décanillent, se décarcassent, deux ou trois années durant, prennent leur téléphone pour dire : c'est important ! Faut y aller !...

La désabusion, comme disait Nino Ferrer, de notre vieux pays a sans doute été forgée par des décennies d'arrangements troubles entre forces politiques et forces diverses qui avaient toutes intérêt à ce que rien ne bouge.  La France fait dans l'immobile. Omni-Président s'agite pour tromper l'ennemi. Allez, faudrait au moins qu'on arrête de donner des leçons. Et qu'on joue un peu plus à se moquer de nous-mêmes, au lieu de laisser ça aux Belges et aux Québécois.

Moquerie n°1 : quand vous traversez Bordeaux par la rocade, vous franchissez le fleuve par le pont François Mitterand. En rentrant sur ce pont, vous tournez vers la droite. A la sortie du même pont, vous tournez vers la gauche. Etonnant, non ?...
Moquerie n°2 : Carla, le soir des élections américaines : "J'aurais dû patienter un peu..." (Blague de mon Indiane préférée, moqueuse professionnelle).
Moquerie n°3 : Bayrou, dit "Le Béarnais", fait savoir qu'il a du sang bigourdan dans les veines (d'où quelques rougeurs faciales) et qu'on serait bien avisé de se souvenir de cet heureux métissage en 2012.

Rien à voir : je vous annonce tout de go l'inauguration du "Site Michel Boutet" en décembre. Puis début 2009, nous enregistrons le prochain disque. On dirait le printemps, non ?...


Et à la fin, Obama biche !


Repost 0
Published by Michel Boutet - dans Sur la route
commenter cet article
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 17:45
Vendredi 14 novembre     BARBOUILLOT D'PAIN SEC
à LIFFRE (35)

Samedi 15 novembre           BARBOUILLOT D'PAIN SEC
à SAVENNIERES (49)
Résa : 02 42 77 16 61

Mercredi 19 novembre
  
Jeudi 20 novembre
Vendredi 21 novembre
       LE BEL AUTOMNE (chansons 50-60)
à NANTES (20èmes Rencontres d'Automne)

Dimanche 23 novembre
     BARBOUILLOT D'PAIN SEC
La petite yourte à NANTES (Parc de la gaudinière)
Résa : 02 40 76 92 31
Repost 0
Published by Michel Boutet - dans Sur la route
commenter cet article
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 07:56

 

Il y a des semaines comme ça où la vie est belle autant que furieuse.



Dimanche 5 octobre, à Pouancé, création de la version en trio de « la ballade de Jean-Guy Douceur ».

Pour les ignorants, Pouancé est une grosse bourgade qui ne dort que d’un œil au nord du Maine-et-Loire. Entre autres veilleurs : les gars de la Compagnie Cosnet en leur théâtre de la Ferme-Auberge de l’Herberie. La ferme-auberge, on y mange, bien, des produits qui nuisent à la mauvaise santé, la faute à Marie-Pierre et Xavier qui ne savent pas ce que mal accueillir veut dire. Il y a des gens comme ça, probablement nés du croisement d’un sourire et d’une belle exigence.

Le théâtre, les gars de la Compagnie Cosnet l’ont monté de leurs mains de beaux faiseurs. C’est solide, chaud, pas prétentieux. Une invitation à jouer là se respecte. J’espère que nous étions à la hauteur. En tout cas, le public, venu nombreux, a chaudement, avec moi, félicité pour leur beau travail : Michel Bonhoure et son fin tricotage du son (ce garçon-là est un massif central de douceur), Yannick Brousse et les belles lumières qu’il nous a inventées en faisant attention à nous, au public, aux chansons et, enfin, mes Belles Cordes préférées : Delphine Coutant, ma violoniste souffre-douceur depuis trois ans, et, pour le bonheur de la musique et la jubilation de mes petits airs, la nouvelle (bien) venue Valérie Montembault et son violoncelle. La complicité de ces deux-là et leur respect de la chose racontée sont cadeaux.

 

Dans le public, des inconnus de passage, des gens venus exprès, des vieux fidèles : Pascal Aussi (et Agnès !) , de Rouen, dont je chantais pour la première fois « La caisse et la postérité ». Michel Lasserre (et Marie !), mon frère adoptif « artiste-plombier » qui organise régulièrement chez lui en Poitou des soirées-chanson qui finissent toujours en célébration de l’amitié. Les potes chanteurs, Paul Meslet, Gérard Pierron, Jean-Michel Piton… Et tous ces gens-là ont eu l’air de nous dire : « Continuez ! »

On va se gêner !...

 

La suite, c’était ce week-end, au Forum Léo Ferré à Ivry. Ce (très) haut-lieu de la chanson est un écrin. La faute à une équipe de bénévoles dont la détermination, la chaleur, le professionnalisme (oui !) sont un exemple. J’y jouais vendredi le « Barbouillot », et samedi « La ballade » avec Delphine. On vient prendre ici un bol d’humanité, une bouffée de tendresse, un quintal d’humour et deux ou trois Grimbergen. C’est du vivant pur jus. Forcément, ça met le chanteur moderne dans de bonnes dispositions. Heureux ?... Oui, en toute lucidité.

Monique Haillant était là (ben tiens : je logeais chez elle "aux petits oignons"). Le DVD du spectacle consacré au répertoire de Bernard Haillant le 4 décembre 2007 "Ils ont chanté ses mots", va sortir dans les jours qui viennent. On en reparle très vite.


Je vous bige !


Photo : "Zadig. Un peu de fraîcheur dans ce monde de faillites." (Photo : Violaine Boutet)

Repost 0
Published by Michel Boutet - dans Comme un lundi
commenter cet article
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 22:58
Dimanche 5 Octobre à 15h :    LA BALLADE DE JEAN-GUY DOUCEUR (en trio)
Première du spectacle avec Delphine COUTANT (violon) & Valérie MONTEMBAULT (violoncelle)
Ferme-Auberge de l'HERBERIE à POUANCE (49)
Résa : 02 41 92 62 82

Vendredi 10 Octobre à 20h30 :    BARBOUILLOT D'PAIN SEC
FORUM LEO FERRE     11 rue Barbès   IVRY (94) métro : Porte d'Ivry
Résa : 01 46 72 64 68

Samedi 11 Octobre à 20h30 :    LA BALLADE DE JEAN-GUY DOUCEUR (en duo)
avec Delphine COUTANT (violon, piano, choeurs)
FORUM LEO FERRE    11 rue Barbès     IVRY (94)    métro : Porte d'Ivry
Résa : 01 46 72 64 68

Mardi 14 Octobre à 20h30 : BARBOUILLOT D'PAIN SEC
FOYER GEORGES BRASSENS    pl. Roger Salengro    BEAUFORT (90)
Résa : 03 84 56 96 94

Vendredi 17 Octobre à 21h
& Samedi 18 Octobre à 21h :    LA BALLADE DE JEAN-GUY DOUCEUR (en trio)
avec Dephine COUTANT & Valérie MONTEMBAULT
au cabaret L'AUTREMENT   90 rue Lionnaise    ANGERS (49)
Résa : 09 64 36 23 56

Mercredi 22 Octobre à 20h30 :    BARBOUILLOT D'PAIN SEC
Festival Graînes d'Automne
Théâtre de VAY (44)
Résa : 02 40 79 31 64



Valérie MONTEMBAULT, Delphine COUTANT & Michel BOUTET          "LA BALLADE DE JEAN-GUY DOUCEUR"
(photo : Philippe Micheau)

Repost 0
Published by Michel Boutet - dans Sur la route
commenter cet article
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 19:16
Oui, je sais, en tête de mon dernier article, j'écrivais à propos de Jean-Michel Piton : "Après une trop longue période de silence..." Et puis, plus rien sur le blog du Michel Boutet !...
Je ne vais rien vous cacher : rien ne s'est passé comme prévu. La faute à mon toubib qui voulait que je fasse don de mon corps à la médecine... Je vous passe les détails. Nous étions début juillet. Je répétais avec "Les Belles Cordes", c'est-à-dire Delphine COUTANT et Valérie MONTEMBAULT, avec qui nous devions créer la version en trio de LA BALLADE DE JEAN-GUY DOUCEUR au Festival de Barjac, bien nommé " Chansons de parole". Les deux séances affichaient complet, m'ont dit Anne-Marie HENIN et JOFROI. Rajoutant : "Puisque vous ne pouvez pas venir cette année, nous vous accueillerons en 2009."
Vous savez comment cela se nomme : l'élégance. Qui plus est, celle du coeur.
Et le père PITON en a profité pour faire un triomphe là-bas. Moi, je dis que la vie a du talent.

La suite ?... En aôut, Pascal GAUDILLIERE, plus maman que régisseur, m'a accompagné sur les routes d'un week-end un peu fou qui nous a vu présenter le BARBOUILLOT le vendredi au Festival de Vassivière (remerciements infinis à Jean-Louis Bordier et toute l'équipe, c'était un soir de vrai bonheur), le samedi à Sion en Lorraine (lors d'une très accueillante "université rurale" chaleureusement organisée par des gens qui n'ont pas attendu qu'on porte la laïcité "positive" sur des fonds baptismaux pour avoir une libre pensée), et le dimanche près de Liège, en clôture du Festival de Stavelot (pour qui l'ignorerait encore : les Belges sont fous et adorables, et drôles ! ). Pascal est revenu fatigué. Normal : y'a l'âge qu'est là !

L'avenir ? C'est tout ce qui nous reste !... Je vous invite donc à prendre connaissance du calendrier des prochaines festivités qui reprennent en octobre.

Avant cela, je vous signale qu'un superbe disque vient de sortir. Cela s'appelle "Le discours du traîneux". Ce sont des textes de Gaston Couté. Hélène MAURICE chante, Bernard MEULIEN dit, Gérard PIERRON a écrit les musiques et chante aussi. C'est superbement accompagné par Marie MAZILLE, Guy RAIMBAULT et Etienne BOISDRON. Et on peut le commander au P'TIT CHARIOT (www.petit-chariot.org).


Rien à voir (si l'on peut dire !) : août 2008, les Gorges du Verdon. Un air d'encouragement...


 
Repost 0
Published by Michel Boutet - dans Comme un lundi
commenter cet article
9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 11:47
Après une (trop) longue période de difficile silence, l'ami Jean-Michel PITON a repris le chemin des mots, des musiques et de la scène. C'est au Festival de Barjac que nous fêterons la naissance de son nouveau disque.
Le titre de l'album "L'homme qui avait fait fuir ses rêves" (c'est aussi le titre d'une chanson).
Les autres titres :

"Je suis organe de toi" (sur le don... avec la permission de Monsieur Renaud soi-même !), "Les roses" (commentaire de l'auteur : "de la chanson rudement française"), "Scène du ventre" (inénarable référence à la scène du nez). "Le thé A !",  "Maint'nant qu' l'est mort" (l'abbé Pierre !...), "Comme un gamin" (ou  "les 50èmes rougissants"), "Tristesse d'hiver", "Lepic" (un hommage à Bernard Dimey), "Les Ritaux" (souvenirs d'Italiens), "Le cerf-volant" (coup de gueule d'après bombardement), "Les mouettes de Belle-Île" (souvenirs d'hôpital) et "Donne-moi la main"...  Bref, un disque enchanté.

Vous pouvez souscrire ! Il suffit d'envoyer 20 euros par exemplaire commandé, à
Jean-Michel PITON
2 rue de l'Avenir
85540 ST AVAUGOURD DES LANDES

tel  06 19 34 04 56
courriel : delafournaise@wanadoo.fr
Repost 0
Published by Michel Boutet - dans Parutions
commenter cet article
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 19:21
Nancy Huston éxagère. Elle écrit des romans au singulier. Elle est belle comme une surprise qu'on espère depuis longtemps. Elle est attentive aux autres. Elle parle avec une voix très douce pour dire des choses aussi intelligentes qu'intelligibles. Elle est venue dans notre Phare-Ouest parler de la condition des femmes. Nous étions quelques hommes discrètement heureux de l'entendre. Son livre qui dit si bien les choses a pour titre "L'espèce fabulatrice" (Actes Sud).

Pendant ce temps-là, on jugeait d'un mariage où le mensonge a joué quelque rôle. Dans un sens d'abord, dans l'autre ensuite; ça donne le tournis, forcément. Nos forces politiques du moment ont rajouté quelques bêtises à une charette déjà bien pleine. Ces gens-là me fatiguent. Ils s'offrent à coups d'arnaques le droit de nous prendre pour des jobards. C'est quand, la colère ?

Allez, assez de chialage, comme disait Félix ! Je m'en vais écouter un vieux Beaucarne.

Et demain soir, vendredi, je chanterai au Forum Léo Ferré avec les amis Piton, Véronique Pestel et Mademoiselle Hélène Maurice, que je ne connais pas encore. Il y a aura du sourire et de la belle ouvrage pour fêter la belle bande du Forum.
Euh... c'est complet !...
Repost 0
Published by Michel Boutet - dans Comme un lundi
commenter cet article
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 05:10
   
    La France est un joli pays. Nous y votons pour des gens qui nous flatte puis nous insulte. Si nous avions veillé au fait qu'ils nous insultaient déjà en nous flattant, peut-être n'aurions-nous pas voté pour eux. Trop tard.

    Cela avait commencé avec le "broyé du Poitou", l'improbable Monsieur Raffarin, qui voulait, disait-il, remettre la France au travail. Cela continue avec le "diminué des beaux quartiers" qui s'en prend aux dockers français qui, selon lui, travaillent 2.000 heures par an alors que ceux de Barcelone travaillent le double ! Cette belle affirmation est reprise presque sans remarque par la très libre presse française. Remarque qui pourrait être celle-ci : 2.000 heures, c'est 41 heures par semaine pendant 48 semaines; 4.000 heures, c'est 77 heures par semaine pendant 52 semaines, ou 11 heures par jour sans prendre aucun congé. Ils sont forts à Barcelone ! Mais c'est à Paris qu'on se moque de nous.
    Dans sa chanson "Ne parlez pas", Jacques BERTIN suggérait de ne pas suivre "ceux qui mettent des fleurs à vos chaînes, ceux qui vous flattent". On devrait écouter plus souvent et plus attentivement les chanteurs.

    La justice française se porte bien. La preuve : une femme de misère a laissé mourir son fils, elle est condamné à vingt ans de prison. Deux pontes de la médecine ont provoqué par négligence et appât du gain la mort de plus de cent enfants, deux mois de prison avec sursis sont requis.
    Jacques BERTIN n'a pas fini d'être en colère.

    Par ces temps médiocres, je trouve que Vialatte et Desproges sont décidément très morts. Inconsolable, je fréquente quelques salons philosophiques.
    Entendu au comptoir
d'un bistrot nantais où six experts en tout rivalisaient pour augmenter la journée d'avis définitifs sur le reste : "Et si on se taisait ?"

    Ce qui ne se fit pas.

    Des nouvelles du chanteur moderne : je participerai le 27 juillet prochain au Festival "Chansons de parole" à Barjac, dans le Gard, festival présidé par Monsieur Jean FERRAT et organisé par JOFROI. Ce sera l'occasion d'une première : la présentation de "La ballade de Jean-Guy Douceur" dans sa version "belles cordes", avec Delphine COUTANT au violon et Valérie MONTEMBAULT au violoncelle. Des précisions bientôt, mais sans attendre on peut se rendre sur le site de "Chansons de parole".

    La bonne nouvelle pour encourager la semaine : la très belle soirée du 4 décembre 2007 consacrée au répertoire de Bernard HAILLANT fera l'objet d'un DVD !
    Et qu'on se le dise : le vendredi 6 juin au fameux Forum Léo Ferré d'Ivry, Hélène MAURICE, Véronique PESTEL, Jean-Michel PITON chanteront. Et moi aussi ! Accompagné de Delphine.




                                                        (Lui, c'est Nino, je vous en reparlerai)

   
P.S. Jacques BERTIN n'a jamais aussi bien chanté. Si j'ose dire : acceptez l'invitation de sa visite.

    P.P.S. "Comme un lundi" ne paraît pas automatiquement le lundi. C'est la faute à ceux qui m'invitent à faire le chanteur moderne et le raconteur de menteries ici ou là. Mais, promis, je vais faire des efforts. Sauf lundi prochain : je serai à Montreuil.
Repost 0
Published by Michel Boutet - dans Comme un lundi
commenter cet article

Présentation

Recherche

Liens