Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 18:32

Dans les années 80, j'avais participé sur FR3 (Poitou-Charentes !) à une émission sur la poésie. Un académicien, probablement de renom, y trépignait en dénonçant qu'on puisse tenir la chanson pour respectable en quoi que ce soit. Quà ce propos on parle de poésie le faisait littéralement s'étrangler. Et les auteurs de l'émission ne trouvèrent rien de plus obligeant, envers pareille sommité, que de me demander d'illustrer tout cela avec une chansonnette de ma composition... Ce souvenir souriant m'a amené à écrire une Chanson peu académique, comme une contribution aux cérémonies ayant célébré cet automne Maître Brassens, qui montra - au-delà de l'excellence de son artisanat - cette qualité que j'apprécie par-dessus tout : il s'adressa toujours à l'intelligence de son public... Et c'est l'intelligence qui lui répondit.

CHANSON PEU ACADEMIQUE

1
Un vieux poèt' rongé de vers  
Officiel et atrabilaire   
Hurlait du fond de son bocal  
La chanson, un art ? Quel scandale

Une honte une forfaiture
La lie de la littérature
Et la pire des hérésies
Quand on la tient pour poésie

C'est fait pour les décérébrés
Tout le peuple des illettrés
Brassens rigolait : je m'en fous   
Je ne réponds pas aux jaloux

2
Un beau philosophe en goguette 
Tout heureux de sa chemisette  
Béant sur des pensées profondes  
Se mirait dans les grandes ondes  

D'un même élan secouait ses tifs
Et ses avis définitifs
Sur le monde et tous ses dangers  
Disait : faut pas tout mélanger 

Les torchons avec les serviettes  
Les idées et les chansonnettes  
Brassens répondit : je m'en moque 
Des jolis penseurs à breloques 

3
Un vague ministre infâmant
Plus mouton que chien d'allemand
Parlait de grandeur à l'envie
Et devant son maître ravi

Se roulait dans le caniveau
En traitant les Français de veaux
De ramollis de la cervelle
Etourdis par les ritournelles

S'étranglait qu'un chanteur encore
Condamne la peine de mort
Brassens fit : que rien ne se perde
Dit's à ce con que je l'emmerde

4
Moi qui suis né il y'a des lunes
Dans une maison sans fortune
La radio disait tout' l'histoire
Trois bouquins calaient les armoires

J'ai tout appris dans les chansons
De ce foutu fils de maçon
Qui tenait pas l'intelligence
Des autres pour perdue d'avance

La France est un joli pays
Quand on voit son académie
On est fier on n'est pas déçu
On peut même s'asseoir dessus

5
Sur la route aux quatre refrains
En buissonnant je fais mon train
Chanson au coeur comme un toupet
Tandis que Brassens dort en paix

(Editions de l'Aviateur)

Partager cet article

Repost0

commentaires